Le chronophage

Une à une, retenant en lui les années qui passent, l’arbre dévore le cycle des saisons, qui tour à tour s’inscrivent entre l’écorce et l’aubier pour discrètement le transformer.
Son intérieur, à l’image d’un univers héliocentrique, dessine les cernes de croissance qui se souviennent du climat dont il n’a pu se soustraire. Sa mémoire en forme d’écho, comme l’onde sur la surface de l’eau, reconstitue un passé qu’aucun homme ne pourrait imaginer.
Lentement ses souvenirs se figent et se fixent dans ses fibres.
Il se rappel de plusieurs générations d’hommes tout en restant indifférent à leur passage éphémère. Le temps file pour l’un et défile pour l’autre.

© Texte et illustration par Marc-André Huot.

2016_08_14 - 01

Graphite 9″x12″.

Instagram: @huotart
Facebook: https://www.facebook.com/huotart/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :