Élévation

Gravir une montagne. Regarder vers le haut et penser pouvoir atteindre le sommet. Ce sentiment de détermination qui habite le randonneur au pied de la montagne. Enveloppée par les nuages, la hauteur de celle-ci paraît encore plus grande. L’illusion de l’infranchissable s’installe sournoisement, mais il est encore tôt et il s’est résolu à atteindre le haut de ce colosse. Il se sent prêt et le voilà à peine arrivé qu’il entame ses premiers pas.

Le sentier se présente devant lui. Les arbres se referment doucement derrière et il pénètre la forêt. L’abondante végétation est nourrie par l’eau apportée des ruisseaux un peu plus haut. À cet étape, les obstacles ne forment que de légers remous à l’image des cascades qui bordent son chemin. Quelques pierres plus grosses forment des escaliers démesurés. Création d’un architecte désorienté par ses propres plans, qui sait? Le parcours se poursuit par les tracés des racines dénudées cherchant à s’agripper aux pieds des passants maladroits. Heureusement il est concentré et il continu son ascension. Il se promet d’atteindre le prochain plateau, mais où est-il? Le souffle se fait plus court, les jambes vont bien. Il fait une petite pause.

Après s’être hydraté, il remet son sac à son dos et le voilà de nouveau reparti. Cette fois-ci le décors semble s’effacer de temps à autre puisqu’il à de plus en plus le regard fixé sur ses pieds. Sa concentration se centre vers le souffle. La montée se fait plus difficilement que prévu. Ses muscles se réchauffent et il calcule davantage ses pas afin d’économiser ses énergies. Il recherche un équilibre entre l’effort physique et la contemplation. Pas très évident donc il décide de s’arrêter pour une seconde fois.

Quelques bouchées de noix et de fruits séchés lui redonne un peu de courage. Il se retourne et la vue est magnifique! Des montagnes recouvertes d’un tapis d’arbres verdoyants lui rappelent les mousses sur les rochers. Il se sent soudainement petit. Il se retourne à flanc de montagne et malgré la douleur, il monte encore quelques mètres. Comme ses jambes, le dénivelé se fait plus raide. Il a mal, mais il ne s’avoue toujours pas vaincu. Cette souffrance n’est que l’autre extrémité du bonheur et de la satisfaction qu’il en retirera. Les arbres se font plus petits et le sentier s’ouvre enfin. L’horizon s’offre maintenant à 360 degrés. Le vent souffle et refroidi sa peau trempée par l’effort soutenue. Il prend un moment pour apprécier ce que la nature à de plus beau à offrir.

Les montagnes environnantes forment des vagues qui se fondent vers l’infini. À cet instant précis, il est le maître du navire. Il est fier mais il n’est qu’à mi-chemin…

Ayant atteint le sommet, à son retour il continuera de s’élever.

2019-07-13 - Mont Lafayette - logo.jpg

Mont Lafayette, White Mountains dans le New Hampshire, aux États-Unis.

© Texte et image par Marc-André Huot.

Plus d’infos sur la randonnée au mont Lafayette : https://hikster.com/hikes/59078/

  • « L’alpiniste est un homme qui conduit son corps là où, un jour, ses yeux ont regardé ».Gaston Rébuffat

Suivez mon processus créatif via Instagram : huotart

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :